Prison overcrowding and alternatives to detention (2014-2016)


prison-553836_640
La surpopulation carcérale étant un problème chronique auquel sont confrontés les Etats membres de l’Union européenne, la Commission européenne avait financé dans ce cadre une recherche coordonnée par l’Université de Ferrare (Italie) et à laquelle ont été associées l’ARPE ainsi que les Universités de Castilla la Mancha (Espagne), Saint-Louis (Belgique), Milan (Italie) et Cluj-Napoca (Roumanie), sur le thème : Surpopulation carcérale et alternatives à la détention (Specific programme Criminal Justice – call for proposals JUST/2013/JPEN/AG). L’objectif principal de la recherche consistait à promouvoir le développement et l’expérimentation des alternatives à la détention au niveau de l’Union européenne, afin de réduire le recours excessif à l’incarcération par les législateurs et autorités judiciaires, dans la phase post-sentencielle comme dans la phase pré-sentencielle.

L’équipe française était composée de Geneviève Giudicelli-Delage (professeur émérite de l’Université Paris 1), Julie Alix (professeur à l’Université de Lille 2), Cristina Mauro (professeur de l’Université de Poitiers), Raphaële Parizot (professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Juliette Tricot (maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

La recherche s’est achevée le 30 avril 2016 après le Colloque final tenu à Ferrare du 13 au 15 avril 2016.

Plus d’informations ici.

Pour l’ouvrage publié à l’issue de la recherche, voir ici.