Mireille Delmas-Marty et les années UMR

Paris, Société de Législation Comparée, coll. UMR de droit comparé de Paris, vol. 9, 2005, 551 pages. Consulter le sommaire de l’ouvrage

Années UMR
Il sentirait confusément qu’il a parcouru une composition, et, plongeant dans les souvenirs des œuvres traversées, il ferait renaître sous ses yeux l’image d’une couverture, celle d’une des premières œuvres rencontrées, les chemins de la répression. “Composition de l’auteur”, ainsi que l’indique la jaquette du livre, la sculpture est faite de droites en bois qui s’entrecoupent et d’un cercle de fer qui, superposé aux droites, semble cependant, tout à la fois, en briser certaines lignes, en contenir d’autres et être contenu dans la verticalité et l’horizontalité des droites.

Figures géométriques de carrés, de rectangles – réminiscence d’un Mondrian – et d’un rond, matérialisation d’une rationalité, d’une recherche d’ordre, mais qu’interpelle l’irrégularité du cercle, dont le cerne se fait à certains endroits plus épais, et dont la cassure, l’ouverture constitue le point focal de l’oeuvre, celui qui attire le regard du spectateur, celui qui autorise la fuite du regard, qui ouvre l’espace du rêve, de liberté de pensée – “l’issue lumineuse”, la Voie – le chemin par où quitter les voies droites et l’enfermement du cercle : les formes ordonnant le réel sans retenir ou limiter le regard, la pensée.